Mémoire de guerre, les poilus savoyards pendant la Grande Guerre de 14-18

Prochains évènements sur la guerre de 14-18 en Savoie

DATES LIEUX & HORAIRES ANIMATIONS
17 mars 2017 Vougy (bibliothèque municipale, 18h30, entrée libre) Conférence : 'La femme savoyarde en guerre,1914-1918'
31 mars 2017 Bonneville (médiathèque,entrée libre) Conférence : 'Les pays de Savoie dans la Grande Guerre'
5 avril 2017 Annecy (salle des Clarisses, 17h, entrée libre) Conférence : 'La cuisine des tranchées'
10 - 22 octobre 2017 Annecy (Forum Expo Bonlieue) Exposition : 'La vie quotidiennes des combattants français, allemands et italiens'
12 octobre 2017 Annecy (Salle Pierre Lamy, 18h30, entrée libre) Conférence : 'L'Italie et les Italiens vus par les Savoyards en 1915-18'
10 novembre 2017 Féternes (à préciser) Conférence : 'L'année 1917 et les Pays de Savoie'
15 décembre 2017 Modane (20 h, entrée libre) Conférence : 'Les combattants savoyards de la Grande Guerre à travers leurs témoignages (1914-1918)'

Plus d'évènements

Sébastien Chatillon, historien conférencier et collectionneur

Monsieur CHATILLON est docteur en histoire contemporaine et professeur d’histoire-géographie. En 20015, il a soutenu une thèse d'histoire contemporaine à l'Université de Lyon II sur le thème des combattants savoyards en 1914-18. Il donne des conférences et écrit des articles sur le thème de la Guerre de 14-18 afin de livrer au public le résultat de ses recherches. Contactez-le si vous avez des documents inédits sur ce sujet !

M. CHATILLON possède une collection de tenues et d’objets militaires d’époque qu'il propose pour animer les commémorations officielles dans les Pays de Savoie. Ainsi, il travaille avec les collectivités territoriales, l'Education Nationale, le Souvenir Français et les associations d'histoire vivante "Militaria sabaudiae" et "Tempête sur les Alpes".

Article paru dans le Dauphiné Libéré du 03/07/2015

Dauphiné Libéré du 03/07/2015

Jury de soutenance de thèse le 23/06/2015

Soutenance de thèse le 23/06/2015

Quelques questions pour le Dauphiné Libéré du 11/11/2010

D.L. : Depuis quand date votre passion pour 14/18 ?

Comme de nombreux passionnés, je suis « tombé dedans » quand j’étais petit : une arrière grand-mère me transmettant précieusement un paquet renfermant les reliques d’un arrière-grand-oncle décédé dans la Somme en 1917… Un briquet, des cartes griffonnées à la hâte dans les tranchées, une bague ciselée dans une fusée d’obus… Il n’en faut pas plus à un adolescent de 15 ans pour se retrouver marqué, tant ces objets sont incongrus, échappés d’une autre époque de fer et de feu… la soif de comprendre ce décès et ces objets étranges m’ont tout naturellement poussés vers l’étude de cette période. Depuis plus de 20 ans, j’accumule de manière presque compulsive objets et livres sur le sujet. Et j’ai monté une petite société, « Mémoire de Guerre », afin de proposer aux collectivités locales et aux écoles des animations sur le thème des « poilus » de la Grande Guerre. Je serai d’ailleurs à Groisy mercredi 10 novembre à 19h, et à Usinens le 13 novembre pour la cérémonie du matin.

D.L. : Les poilus savoyards ont- ils une place particulière dans vos recherches ?

Oui, car tout a déjà été dit et écrit sur les grandes batailles, les grands généraux et les armes de 14-18. Par contre, un enseignant de l’Université a attiré mon attention sur le fait que le département de Savoie souffrait d’un grand déficit historiographique sur le sujet des combattants. Ce département alpin possède une histoire militaire riche et spécifique qu’il m’importe d’exhumer au moyen d’une thèse traitant des combattants savoyards de 1914 à 1940, c’est-à-dire de leur recrutement à leur engagement dans les associations d’anciens combattants. Et participer à ce regain général de l’histoire régionale est très motivant, bien que je ne sois qu’un Savoyard d’adoption. Motivant car je rencontre régulièrement le soutien désintéressé d’autres passionnés de cette période qui m’aident dans mes recherches.

D.L. : Vous êtes enseignant qu'elle est la place ou le regard des élèves aujourd'hui sur la guerre de 14/18 ?

Malheureusement, le programme du collège ne consacre qu’environ 3 heures à la Grande Guerre, et ce, en classe de troisième. Du moins il appartient au programme du Brevet et de ce fait, il marquera suffisamment l’esprit les élèves. Ce chapitre, quoique noyé parmi d’autres, peut-être traité de manière stimulante notamment par l’étude du monument aux morts communal, la lecture de témoignages retrouvés par des écoliers, l’exposition d’objets ou la participation aux cérémonies du 11 novembre, etc. Dans ce cas, les élèves livreront les représentations qu’ils ont en eux sur cette guerre : une violence aussi extrême qu’inutile, une vieille Europe bien lointaine, mais aussi des anecdotes précises, transmises par leur famille. Bref, la Première Guerre mondiale ne les laisse pas encore indifférents.